Le texte qui suit est la traduction (de l'anglais) du texte disponible à cette adresse : http://www.han-style.com/english/hanji/history.jsp

Histoire du hanji, le papier traditionnel Coréen. Utilisation du hanji dans la vie quotidienne.

Autrefois, l'influence du hanji se faisait ressentir dans tous les domaines de la vie quotidienne du peuple Coréen. Découvrir le monde du hanji, c'est entrevoir la vie et la culture des Coréens d'autrefois.

En 1966, on découvrit, dans la pagode Seokgasa du temple Bulguksa à Gyeongju, un parchemin vieux et jauni, roulé dans une gaine de soie. Bien qu'en lambeaux, le parchemin jauni, datant environ de l'an 751, avait préservé le papier malgré le passage de plus d'un millier d'années. C'était le Mugu Jeonggwang Dae Darani Gyeong ("Le grand Dharani Sutra de la lumière pure et immaculée"), le plus vieux document xylographique connu, imprimé sur du hanji. À ce moment, le Baekmantap Darani Gyeong ("Un million de copies du Dharani Sutra"), imprimé au Japon vers l'an 770, était reconnu comme le plus ancien document xylographique. On estime que le parchemin trouvé en Corée a été imprimé 20 ans avant le Baekmantap Darani Gyeong, et compte parmi les documents les plus importants de l'histoire mondial des cultures liées au papier. Le Jikji Simgyeong ("Sélection de sermons de sages bouddhistes et maîtres zen"), imprimé en 1377 avec les premiers caractères mobiles en métal, est la possession de la bibliothèque nationale Française. Il est préservé en bonne condition malgré son âge un peu plus grand que la Bible à 42 lignes de Gutenberg (imprimée en 1460), qui est inaccessible au public à cause de la détérioration du papier.

En Asie, l'excellente durée de vie du hanji est illustrée dans la phrase "Jicheonnyeon Gyeonobaek (le hanji dure mille n'as tandis que la soie dure cinq-cent ans)."

Le secret de cette durée de vie tient à son procédé de fabrication unique. Une solution alcaline est utilisée pour faire bouillir l'écorce du mûrier, qui est le matériau de base du hanji. Pendant cette étape, le hanji acquiert un propriété peu alcaline (pH proche de 9,5), qui prévient l'oxydation (la décoloration) du papier. La technique du blanchiment par la lumière du soleil permet au papier de garder son lustre et sa durée de vie sans abîmer le matériau fibreux. Le battage répété des fibres avant qu'elles ne soient complètement sèches augment encore la durée de vie du papier hanji. Aujourd'hui encore, le papier hanji trouve une grande quantité d'applications, par exemple comme matériau pour l'artisanat, la confection de biens ménagers, de vêtements d'accessoires et bien-sûr de support à l'écriture, grâce à durabilité, sa bonne ventilation, sa flexibilité et sa propriété isolante.

Par le passé, les ménages Coréens avaient encore du travail après les moissons d'automne. Ils ramassaient des cosmos, des chrysanthèmes et des fleurs sauvages, les faisaient délicatement sécher, et les utilisaient au moment de remplacer le hanji des fenêtres et portes coulissantes. Le vieux hanji était enlevé et mélangé à de l'eau pour faire une pâte qui servait à la confection de conteneurs de thé. Les grandes feuilles de hanji attachées aux portes coulissantes révèlent beaucoup de choses sur la vie quotidienne des générations passées. Un trou de la taille d'un doigt fait dans le hanji des portes et fenêtres permettait d'entendre les nouvelles des voisins et de communiquer avec eux, entretenant ainsi des relations souvent plus intimes qu'avec la famille proche. De plus, on peut entendre ce qu'il se passe dehors, à travers la fine paroi de hanji. Le papier est un bon isolant thermique, équilibre la température et l'humidité intérieure et ventile l'air dans une pièce fermée. Aussi peut on dire que le hanji assumait le rôle d'un vrai système de climatisation, de chauffage et de renouvellement de l'air.

Les peuples des pays voisin, dont la Chine, apprécient le hanji pour sa durée de vie, son charme et son utilité comme matériau d'écriture. Le hanji était utilisé de plusieurs manière dans la vie quotidienne des Coréens du passé, ainsi que comme matériau de construction de produits de l'artisanat traditionnel.

Le hanji des fenêtres et portes coulissantes était très bon pour l'isolation thermique, la ventilation, la protection lumineuse et le contrôle de l'humidité. Et les gens choisissait l'épaisseur du papier en fonction du climat de l'endroit où ils vivaient : un hanji plus épais pour les zones froides, plus fin pour les zones chaudes.

Le hanji était aussi utilisé, par exemple, imbibé d'huile, dans les abat-jours, empêchant la flamme de vaciller ou de s'éteindre, et permettant d'ajuster l'illumination en jouant sur l'épaisseur du papier. Le hanji était donc partout dans la vie de nos ancêtres Coréens. Le nouveau-né était couché sur le sol couvert de jangpan (hanji laminé jaune). Le jangpan est composé de plusieurs couches de papier hanji recouvertes d'huile de shiso. Dans le passé, quand le verre n'existait pas encore et que les objets en bois était peu répandus, les Coréens utilisaient le hanji dans presque tous les domaines de la vie quotidienne. Dans les rites en hommage aux ancêtres défunts, ils avaient l'habitude de brûler de hanji pour appeler leur esprit. Il est aussi coutume d'étendre une personne défunte sur une feuille de papier hanji.

Le hanji a été utilisé pendant longtemps comme support pour l'écriture. Ainsi il a joué un rôle important dans la conservation et la distribution de l'information. L'amour de Coréen pour le hanji a contribué au développement d'un grand nombre d'objet fait en papier, dont des travaux calligraphiques, peintures, livres, paravents, éventails, et bien d'autres encore, arborant des détails esthétiques et artistiques.

Nous avons vu que le hanji fût autrefois un élément indispensable de la vie quotidienne des Coréens. Il était utilisé tout au long de leur vie pour enrichir leur vie spirituelle comme un moyen de conserver les savoirs nouveaux et la philosophie, tout en se rendant utile à la vie de tous les jours, comme matériau adapté à bien des applications.

Nous utilisons le hanji quotidiennement à cause de sa durabilité, sa solidité et sa texture douce notamment. C'est pourquoi le hanji a été le matériau préféré des artistes et calligraphes Coréens. Le hanji est un matériaux à la fois utile et écologique. D'après une étude, le hanji utilisé comme papier-peint sur les murs, élimine les odeurs de la maison dont la fumée de cigarette, absorbe l'humidité et participe à la diminution de l'eczéma atopique chez les enfants.

Grâce à ses caractéristiques d'isolant thermique et sa solidité, le hanji a été utilisé pour la fabrication d'uniformes d'hiver pour les soldats stationnés sur la frontière nord du pays. Plus récemment, des produits d'intérieur et des vêtements lavable à l'eau ou à sec ont été introduit sur le marché. Les Coréens ont utilisé le hanji de toutes ces façons et de bien d'autres encore, pour perpétuer les traditions de leurs ancêtres, et créer une grande variété de biens ménagers utilisant au mieux les caractéristiques du hanji pour enrichir leur vie moderne.